TEST VAK vs PERCEPTIONS SENSORIELLES

"Nos sens ne nous servent que de confirmation.
Les véritables vecteurs de communication se situent à un niveau invisble à nos sens."


Réalisez un test plus puissant que le test VAK
Notre developpement face à la réalité

Ce qu'on dit en général à propos des tests VAK

Il est bon de savoir que nous possédons toutes et tous un canal de perception principal à l'image de notre bio tempérament dominant.

Parmi les canaux de perceptions conventionnels, on peut citer le canal visuel (yeux), la canal auditif (oreilles) et la canal kinesthésique (toucher, gout, odeurs). 
Chacune et chacun d'entre nous en posséde un de plus développé que les autres même si parfois certains possédent 2 canaux qui se trouve à égalité et plus rarement les trois.

Bien évidemment, selon les situations, on fait travailler plus ou moins chaque canal. 
Nous sommes rarement un pur visuel, auditif ou encore kinesthésique, mais nous avons toutes et tous un mode principal qui nous guide. 
Pourtant pour appréhender la réalité du mieux possible, il faudrait savoir activer chaque canal de perception en fonction de la situation. 
 
La majorité d'entre nous (environ 60%) appréhendons la réalité avec le canal visuel. 
Notre société est basée sur ce canal de prédilection pour nous guider (signalisation routière, vitrines magasins, publicités...). 

Egalement, l'observation des personnes en dit souvent plus long que le discours qu'elles nous distillent. 
On peut ainsi voir les contradictions entre leurs paroles et leur attitude non verbale.
Cela est un atout majeur dans toute relation humaine.
 
Mais il existe aussi des personnes qui sont guidées par les autres canaux. 
De ce fait, il apparaît régulièrement des problèmes de communication liés à notre canal de perception principal. 
En effet, il faut adapter sa communication au canal de prédilection de la personne en face de nous sinon le message risque d'être incompris. 
 
Les méthodes d'apprentissage devraient combiner les trois canaux pour une meilleur captation de l'auditoire. 
Car il arrive que certains et certaines ne puissent pas intégrer des informations uniquement parce que le message ne passe pas par le bon canal.

Votre filtre principal de perceptions VAK

Prenez deux minutes pour réfléchir à votre dernière ballade. 

De quoi vous rappelez vous? 
Qu'est ce qui a attiré votre attention? 
Suivant votre réponse, il y a de fortes chances que ce soit votre canal de perception privilégié qui ait fonctionné à cet instant précis. 
 
Nous pouvons assez facilement identifier les profils de chaque personne que nous côtoyons de diverses manières dont le langage employé. 

Par exemple, un visuel emploie souvent des termes comme: "tu vois..., je vois ce que vous dites..., regarde moi quand je te parle..., ma vision des choses..., il faut prévoir..."
Un auditif aura plus tendance à dire: "écoute ceci ou cela ..., j'entends bien ce que tu dis..., ça me dit rien..., j'ai l'oreille pour..., je suis à l'écoute..."
Enfin un kinesthésique mettra en avant des termes comme: "je ressens de..., merci ça me touche..., je tiens à..., je suis connecté à..., je me sens bizarre...".
 
Chacun(e) posséde un petit champ lexical qu'il est bon d'observer avec les oreilles...
Pour cela, il faut développer le canal auditif pour celles et ceux comme moi qui sont plutôt de nature visuelle.
 
Vous l'aurez compris chacun possède, en fonction de son canal de perception de prédilection, un univers verbal et gestuel personnel.
En plus, nous avons toutes et tous une façon de rentrer en communication avec les autres et de comprendre.

Les auditifs, qui regroupent à peu près un tiers des personnes, attachent une grande importance aux mots. 
Les visuels attachent eux une plus grande importance aux aspects. 
Leur compréhension est plus facile avec des schémas, photos ou dessins 
Les kinesthésiques, les plus rares, attachent une plus grande part aux sensations et ressentis. 

Pour bien communiquer avec un auditif, vous vous doutez qu'il faut leur parler, le ton de la voix compte lourd dans leur balance. 
A l'inverse, les visuels recherchent de l'atttention et donc lors d'un échange il faudra les regarder. 
Pour les kinesthésiques, il faut créer une proximité, de la chaleur, du contact. 
 
L'observation quotidienne de cela vous rendra meilleur communicant(e). 
Mais il faut également vous connaître. 

Les test VAK inutiles ?

Les tests VAK ou encore VAKOG fonctionnent selon le principe du constat, du symptôme.
Il est bien de constater quel est notre sens de perception dominant mais il est plus important de savoir ce qui sous-tend l'ensemble de nos perceptions.

Nos perceptions sont régies par les stimulis externes qui viennent au contact de nos sens.
Comme dit précédemment, le but n'est pas de réguler nos sens à part égale mais bien d'activer tel ou tel sens en fonction de la situation.
Nos sens sont atrophiés depuis notre plus jeune âge par nos habitudes et notre éducation.

Nous nous servons de nos sens la plupart du temps très maladroitement même si nous pensons le contraire.
La plupart des gens en arrivent à se faire tromper par leurs propres croyances.
"Ah mais je pensais que..."

Il apparaît ici que ce n'est pas le sens de perception qui a donné l'information mais bien le cerveau qui a créé une image de perception.
Il s'agit de nos propres filtres de perceptions qui entrent en jeu et plus ils sont puissants, plus la réalité est déformée.

Nos sens principaux comme la vue, l'ouïe, le goût, le toucher ne sont que des facteurs nous permettant de confirmer ou infirmer un stimuli.
Ce qui guide notre réalité est bien plus subtil que nos sens qui ne sont que de bien petites fenêtres sur l'exterieur.

Les véritables vecteurs de communication se situent à un niveau invisble à nos sens.
Cross The Mirror
IxpoHoqxI