neurotransmetteurs et perception de la réalité

Nous, français et françaises, sommes parmi les plus gros consommateurs de psychotropes vendus en pharmacie.

L'industrie pharmaco-médicale peut remercier, tous les jours qui passent, les innocents de faire tourner aussi bien leur petit commerce...

Vous l'aurez peut être compris, je veux parler des antidépresseurs et autres anxiolitiques.

Mais savez vous ce que cela cache en réalité et à quoi servent finalement tous ces médicaments?
Prenez un instant pour lire ce qui suit...
Les clés de l'in formation: les neurotransmetteurs

L'information des cerveaux

Les neurotransmetteurs sont considérés comme les messagers chimiques de notre corps en général et de nos cerveaux en particulier.
Autrement dit, ils transportent l'information.
Ils agissent un peu comme des clés venant ouvrir des serrures.

A l'image de notre TRIPTYQUE DE LA REALITE, ils se positionnenent dans une liaison tripartie.
En effet ce sont des molécules, produites par certains neurones, qui agissent sur d'autres neurones ayant des récepteurs ou sur certaines cellules.

Pour donner une image, les neurones se chargent et se déchargent en permanence créant ainsi un flux, une activité électrique dans notre cerveau et participant ainsi au bon fonctionnement de notre corps tout entier.

En gros, avec une information (réelle ou imaginaire) les neurones créent des molécules qu'ils envoient à d'autres neurones ou cellules afin d'exercer un résultat ou un effet.
Ils existent deux classes principales de neurotransmetteurs: ceux qui favorisent la transmission du flux nerveux et ceux qui l'inhibent ou le ralentisse.

Ces messages chimiques agissent sur la perception et nos ressentis vis à vis du monde extérieur qui nous entoure mais également sur notre monde intérieur.
Vous l'aurez compris, il va falloir se pencher sur ceux ci pour pouvoir travailler par la suite sur la réalité qui nous entoure.
En effet, si intérieurement, il y a une certaine distorsion, elle va forcément se ressentir sur vos perceptions du monde qui vous entoure.

Les différents neurotransmetteurs sont nombreux mais il en existent quelques uns qui ont été identifiés comme les principaux.
Peut être parce que ce sont ceux qui ont été le plus étudiés.

Savez vous qu'une carence ou surdosage de l'un d'entre eux provoque en nous une cascade de conséquences qui peuvent nous mener au meilleur comme au pire?
Nous verrons ceci plus loin, vous pourrez même tester simplement vos prédispositions à ce sujet.

Pour le moment intéressons nous de plus près à ces acteurs de l'information.
fonctionnement neurone

Les principaux neurotransmetteurs

Il existe parmi les principaux neurotransmetteurs: l'acétylcholine, la dopamine, la noradrénaline, la sérotonine, le GABA et l'adrénaline.
Maintenant, regardons un peu plus en détail le rôle que chacun joue en terme d'information.

La sérotonine:
Ce neurotransmetteur est le gardien du temple. Il influence plusieurs neurones et régions du cerveau.
Il participe à la venue du sommeil car précurseur de la mélatonine et joue un rôle dans la sensibilité aux migraines.
Comme, je l'ai dit, il est un influenceur direct sur l'activité de plein de neurones en modulant leur rythme de travail.

La sérotonine est présente dans notre cerveau mais aussi dans notre intestin.
D'ailleurs la plus grande partie se situe dans l'intestin.
Normal diront celles et ceux qui ont lu: "le charme discret de l'intestin".

En effet, il s'agit de notre second cerveau avec tout son lot de neurones.
Mais pourtant, les deux neurotransmetteurs ne se croisent et se mélangent jamais.
Ils ont une barrière infranchissable qui est la barrière céphalo-rachidienne.

Le GABA:
Il s'agit du neurotransmetteur le plus répandu.
Autrement dit l'information de masse, à l'image des chaînes télé d'information 24/24.
Il est un neurotransmetteur régulateur voire inhibiteur.

Son rôle serait apparemment de freiner la transmissions des signaux au travers des neurones.
Il favorise le calme.
Il joue un rôle très important dans le controle de l'anxiété.

L'acétylcholine:
Son rôle principal est de participer à la mémorisation, la stocker et la rechercher lorsque nous en avons besoin.
Il intervient dans le contrôle des mouvements et également dans la focalisation de l'attention sur quelque chose de précis.
Il est produit dans le système cholinergique qui est un ensemble de neurones spéciaux établissant de nombreuses connexions dans le cerveau.

Ce système est une sorte d'interrupteur spécial qui permet au cerveau de selectionner quelle entrée sensorielle est la plus importante en fonction d'un contexte donné et précis.
Ce messager chimique est aussi celui de l'ouverture d'esprit, de la créativité et de l'intuition.

La dopamine:
Le message délivré par la dopamine est celui de la recherche de plaisir ou de la fuite active des sensations négatives.
Elle agit de concert avec l'adrénaline dans ce dernier cas.
Elle agit pour créer une contexte qui nous pousse à rechercher des ressentis positifs et elle participe également au désir sexuel.
Finalement, c'est ce neurotransmetteur qui nous pousse à avancer dans la vie en quelques sortes.

Comme tous les neurotransmetteurs, lorsque nous sollicitons trop sa production par le biais de n'importe quel élément extérieur qui nous apporte du plaisir, les récepteurs à dopamines sont tellement inondés qu'ils se ferment pour se recalibrer.
Vous devinez bien qu'ils se recalibrent pour recevoir un niveau supérieur de dopamine.
Et de ce fait, il nous faut une décharge de dopamine toujours plus importante.
Alors attention aux décharges de dopamine que vous produisez par le biais de n'importe quelle activité.

L'adrénaline:
Elle informe les neurones face à une situation inconnue.
Elle sert à réagir face à un stimuli, c'est un informateur de stress.
Elle nous prépare face à une situation jugée stressante par notre cerveau et nos cellules.

Le fameux principe: fuir ou combattre que n'importe quelle espèce vivante posséde ancrée dans son fort intérieur.
Chez nous ce serait dans le cerveau dit reptilien, le cerveau ancestral.

Au passage, pour la petite information (qui a son importance), le cerveau ne fait pas la différence entre un danger immédiat réel et quelque chose d'imagnaire.
En bon équilibre, ce neuro transmetteur est bénéfique, par contre en surdose, il nous conduit à la fatigue, l'insomnie, l'anxiété voire la dépression.

La noradrénaline:
Ce petit messager informe le corps sur l'attention, l'apprentissage.
Il est également celui qui joue le rôle majeur dans nos réactions face à la récompense.
Il est, de ce fait, le messager des mêmes neurones qui recoivent les informations de la dopamine.

En gros, il fixe l'attention sur la recherche de plaisir et la fuite de sensations désagréables.
La noradrénaline augmente la sensibilité aux perceptions émotionnelles.


Voilà, nous venons de faire un petit tour rapide des principaux neurotransmetteurs dont les quatre principaux: SEROTONINE / GABA / DOPAMINE / ACETYLCHOLINE.
En effet la noradrénaline et l'adrénaline découle de la dopamine.

Il en existe d'autres qui découlent du GABA et bien d'autres (vous pourrez les découvrir dans le programme XPEREPX).
Ce que vous ignorez, c'est que chacun a un rôle prédéterminé et déterminant dans l'ensemble de nos états d'être.

Ils participent à un grand tout.
Ils sont chacun vecteur d'un type d'informations qui combinées sont un véritable cocktail qui nous emmènent au delà de ce que nous aurions pu imaginer.
Les principaux neurotransmetteurs

Notre équilibre apparent

Comme je vous l'ai dit, tout ce petit monde transporte de l'information en son sein.
Et cela doit se faire dans un équilibre plus ou moins parfait.

Si cet équilibre n'est pas respecté, il apparait des conséquences que nous nommons: dépression, trouble de la mémoire, démence, démotivation, repli sur soi, baisse de libido, agressivité, irritabilité, impulsivité, anxiété, insomnie, addictions diverses (alcool, jeu, drogues...).
Voici donc une liste non exhaustive qui laisse suggèrer que nous devons nous préoccuper nous même activement de cet équilibre.

Celui ci s'obtient et se module naturellement malgré certains déficits et le fait que certains cherchent à créer parfois l'équilibre artificiellement (anxiolityques, antidépresseurs)...
Voilà où se place le complexe pharmaco-industriel pour vendre à foison des molécules synthétiques qui viennent remplacer insidieusement ce que notre organisme sait faire naturellement.

Ces béquilles sont malgré tout utiles en cas de désordre important.
Tout du moins au départ et encore faut il trouver la bonne molécule qui viendra palier un certain déficit.
Et à en croire les nombreux forums à ce sujet, il est clair que cela apparaît comme loin d'être évident pour tout le monde.

Sans compter que ces molécules exogènes prennent un certain pouvoir sur celles qui nous sont endogènes.
Elles modulent au départ puis modifient à la longue.
Elles ont ni plus ni moins le même type d'action que ce que les autorités appellent des drogues qui, elles, sont illicites...

Ici, ce qui nous intéresse est tout d'abord d'avoir un bon équilibre au niveau de l'information qui circule dans nos cerveaux afin d'être le plus à l'aise possible avec le fait de provoquer la réalité que nous aurons choisi.
Pour avoir cet équilibre, nous allons devoir tout d'abord identifier par nos propres moyens nos atouts et nos faiblesses dans ce domaine.

Paradixpoh vous propose de tester votre neurotransmetteur principal ainsi que vos déséquilibres afin d'obtenir une carte personnelle plus détaillée de vous pour remmettre de l'harmonie à tous les étages.
En effet nous possédons toutes et tous un type principal qui est le chef d'orchestre en quelques sortes.
Il régit notre état d'être.
Ensuite nous avons aussi un neurotransmetteur opposé qui vient compléter le chef d'orchestre.

Maintenant que vous allez avoir accès à un ordre d'idée des excès et des insufissances au niveau des messages d'informations qui se balladent dans votre corps, il s'agit de procéder à un réglage.
Ce réglage, comme j'ai pu vous le dire, peut s'obtenir de plein de façons dont celle qui participe à l'industrie pharmaceutique.

Celle ci est la voie de la facilité.
Je l'ai empruntée plusieurs fois mais pour autant le résultat final n'était que des déséquilibres qui revenaient à chaque fois à plus ou moins long terme.
Pourquoi?
Parce que j'étais encore loin d'avoir compris et intégrer tout ce que cela pouvait engendrer.
Personne ne m'avait vraiment expliqué ce que j'ai découvert petit à petit...

Tout cela était mis sur le stress et sur diverses causes exogènes encore une fois.
Je soignais les causes extérieures par des agents extérieurs.
Ma réalité était gouvernée par tout ce qui m'était extérieur.
Mais nous en reparlerons plus tard.

Le rééquilibrage génétique

Donc, concernant ce qui nous intéresse et pour procéder aux réglages, il nous sera plus opportun de travailler sur notre alimentation entre autres.
Sachez que cela ne se fera pas en 2 ou 3 semaines.
Encore une fois, ce qui fonctionne dans un laps de temps si court ce sont les médicaments.

Bien sûr, nous pouvons commencer par une médication afin de trouver un équilibre mais en parallèle (ce que les médecins ne disent pas), il faut travailler activement sur son alimentation en choisissant ce dont nous devons nous nourrir pour produire les résultats souhaités.
C'est un travail de fond mais qui finalement n'est pas très compliqué en soi.

L'autre partie consiste à avoir une activité physique en conséquence.
En effet, la nourriture est importante car elle participe à ce que nous trouvions les ingrédients principaux dont nous avons besoin et qui se situent en dehors de nous. 
Mais, pour transformer ceux ci, nous devons nous attacher à produire une activité qui va nous aider à métaboliser ces ingrédients.

Certains d'entre vous pourraient vouloir mettre comme argument que le bagage génétique est pour grande partie en cause dans notre état, comportement... 
Effectivement, notre bagage de départ prédétermine une grande partie de notre être dans toutes ses dimensions au travers de nos phénotypes (produits observables de l'expression des gènes).

Cependant, je répondrai que les recherches scientifiques démontrent désormais que c'est tout aussi vrai que faux.
En effet, l'épigénétique a démontré que nous sommes en mesure de pouvoir réencoder une partie de nos gènes.

Imaginez un peu la puissance d'action que nous possédons...
Ne croyez vous toujours pas que vous puissiez modifier la réalité?

Aucun d'entre nous ne posséde initialement un désordre dont le résultat serait tout un tas de symptômes désagréables.
Il faut vous sortir cette idée de la tête.
Peut être que votre conditionnement mental ne vous le permet pas encore.

Mais le désordre, c'est nous qui le créeons au fur et à mesure.
Il s'agit de l'effet papillon que nous engendrons nous même en nous même tous seul(e)s comme des grands.
Cela est inconscient bien évidemment et personne ne nous apprend à régler ces désordres.

Maintenant, le temps est venu de changer tout ça, ne croyez vous pas?

Prêt(e)s à découvrir ce qui vous gouverne réellement et changer votre quotidien?
Alors cliquez ici