MAINTENIR sa memoire à flot

"Cultive ta mémoire, c'est le champ où l'expérience dépose les germes de la sagesse..." 

le stress vu autrement

La mémoire pas si fidèle que ça...

En psychologie, on dit que la mémoire est le fait pour l'esprit d'enregistrer, de conserver et de rappeler les expériences passées.
Cependant, on sait toutes et tous plus ou moins que les souvenirs ne sont pas éternels et que notre mémoire nous joue parfois des tours.
En effet, la mémoire est affectée par les filtres que sont nos perceptions, nos sentiments à propos de celles ci et enfin par les expériences que nous vivons.

L'exactitude commence par les perceptions et la manière dont nous allons vivre l'événnement au travers de nos filtres personnels que sont les émotions.
Nos perceptions sont automatiquement modifiées et soumises à nos expériences passées mais également à l'idée que nous nous faisons d'une situation.
C'est pour cette raison que deux personnes côte à côte vivant la même situation ne la percevrons pas de la même façon et n'en garderons donc pas le même souvenir.

Nos perceptions dépendent souvent de notre sensibilité, de notre humeur, de notre état global de santé ou encore de notre degré d'anxiété, de stress.
Bref tout un tas de paramétres propres à chacun qui font que nous allons retrouver toute une palette de nuances concernant un souvenir.
Enfin au fur et à mesure que nous avançons en âge et donc au niveau des expériences également, nous allons modifier la perception de nos souvenirs et donc modifier ceux ci.

Les différents types de mémoire

Selon les différentes écoles, on dit qu'il existe 4, 5,6 types différents de mémoire qui ont chacun une utilité.
Nous avons choisi de faire le détail de 4 types de mémoire car elles ont une grande importance et vous verrez qu'elles sont en lien avec les tests que nous proposons.
Nous ne parlerons volontairement pas de la mémoire à long terme car celle-ci est le fruit de celles que nous allons détailler et de la façon dont nous les utilisons.

La mémoire de travail :
Elle concerne notre capacité à prendre en compte toutes les infos, stimulis qui se présentent à nous de façon spontanée.
C'est elle qui représente la porte d'entrée en quelques sortes de notre disque dur interne.
Lorsque qu'un stimuli arrive à nos sens, c'est elle qui enregistre un "instantané" ou pas du tout à l'image d'une gare de triage.
Lorsqu'on parvient à intégrer une information, alors elle viendra se stocker dans notre mémoire à long terme.
Notre mémoire de travail joue un rôle dans notre motricité, notre concentration,notre capacité de résolution et de planification, la rétention d'informations.
Elle est associée au neurotransmetteur dopamine.

La mémoire à court terme :
Elle fonctionne sur un laps de temps très court d'environ 30 secondes et rentre en jeu dès qu'un stimulis se présente tout comme la mémoire de travail.
Finalement, on peut dire qu'elle prend le relais de celle de travail.
Elle comprend une part de mémoire visuelle et auditive.
Elle est associée au neurotransmetteur acétylchholine.

La mémoire auditive :
Elle nous permet de nous rappeler des sons, mots et histoires que nous croisons toute la journée.
C'est elle qui nous permet d'associer un bruit à un objet, une voix à une personne...
Celle ci est fortement tributaire de nos capacités d'attention car elle nécessite une analyse constante des éléments qui nous entourent.
Une personne, dont le test VAK (par exemple), donne un faible score sur la partie auditive devrait travailler en priorité sur cette mémoire.
Elle est associée au neurotransmetteur GABA.

La mémoire visuelle :
La mémoire visuelle nous permet de retenir les informations telles que les formes, couleurs, visages, lieux, parcours...
Elle concerne tout notre environnement proche.
Tout comme la précédente, elle nécessite une analyse constante des éléments qui nous entourent.
Elle est associée au neurotransmetteur sérotonine.
Une carence à ce niveau suite au test que nous proposons sur notre application paradixpoh doit vous orienter spécifiquement vers une supplémentation en précursseur de la sérotonine.

Chaque type de mémorisation que nous venons de voir est associé à un neurotransmetteur spécifique.

Le mecanisme de mémorisation

Ce mécanisme débute par la réception d'une information sous forme de stimulis.
Donc si l'information n'est pas reçue ou mal reçue, elle ne sera pas traitée et par conséquent pas conservée.
Notre capacité à traiter les informations est directement liée à la vitesse de propagation de l'influx nerveux.

Si celle ci est bonne alors le cerveau peut commencer son traitement.
Son parcours va des lobes parietaux qui produisent l'acetycholine pour la réception de l'information pour ensuite poursuivre, si l'influx nerveux est bon, par son traitement par les lobes frontaux où la dopamine rentre en jeu.

Les pertes de mémoire

Lorsque notre métabolisme est sous régime, cela impacte directement notre mémoire.
Nous sommes toutes et tous soumis par périodes à ce que l'on appelle des trous de mémoire.
Ceux ci concernent principalement les noms de chanteurs, personnes célébres et autres plus ou moins proches de notyre entourage.
Cela ne représente pas de problème majeur car ça ne nous concerne qu'indirectement et la zone tampon de stockage est limitée.

Les vrais problèmes se profilent lorsque nous rencontrons des difficultés à lire, écrire ou encore si nous subissons des changements importants de notre personnalité.
Pour rappel, la personnalité est le fruit de notre tempérament et de stimulis extérieurs.
Au fur et à mesure que nous progressons dans la vie, nous créeons des habitudes qui font que, finalement, les stimulis extérieurs auxquels nous avons à faire restent sensiblement les mêmes.
Donc, si notre personnalité change radicalement , cela veut inévitablement dire que notre tempérament est altéré.
Hors celui ci est acquis à la naissance et ne change pour ainsi dire pas.
Vous trouverez plus de renseignements à ce sujet sur cet article en cliquant: ici.

Avec l'âge également, notre production de neurotransmetteurs et d'hormones diminue.
Cela affecte directement notre mémorisation.
Notre organisme est fait de cycles et le premier coup de mou pour la mémoire se fait vers la quarantaine.

Les origines des troubles de la mémoire

Un problème de mémoire est principalement lié à la diminution ou la faible quantité d'acétylcholine.
En effet, ce dernier s'occupe principalement de la vitesse de propagation de l'influx nerveux mais également de la bonne hydratation du cerveau.
Dès que la vitesse ralentit au niveau de la communication entre les neurones, alors notre cerveau cesse de fonctionner correctement.

Notre cerveau fonctionne parfois au ralenti car il manque tout simplement d'eau alors, pensez à vous hydrater régulièrement.
Il y a ensuite de nombreuses maladies dont une des conséquence est la perte de mémoire, tout du moins d'une des mémoires.
Parmi celles ci on peut citer : La scléroses en plaque, l'épilepsie, l'encéphalite, le sida...
En effet, elles impliquent directement l'acetylcholine.
Il y a également le stress intense et/ou répété.

Donc comme vous avez vu, ce neurotransmetteur est le principal acteur lorsqu'on parle de mémoire.
Mais  certains troubles de la mémoire peuvent être liés aux autres neurotransmetteurs.
Une carence en dopamine peut affaiblir votre mémoire de travail.
Les douleurs chroniques liées à un manque de GABA affectent directement la mémoire par la prise d'antalgiques.
Un mauvais sommeil peut également vous amener à des trous de mémoires.
La prise abusive et régulière de médicaments vendus sans ordonnance créeent des pertes de mémoire.
La dépression joue un rôle également car elle souvent liée à un manque de sérotonine.

Vous l'aurez compris, il y a tout un panel de choses qui peuvent amener les personnes à avoir du mal à se souvenir.
Heureusement, il existe des solutions pour pallier à ceci.
Et vous l'aurez deviné, la principale est la nourriture.
Mais il y a aussi la complémentation d'hormones.