LE SUPPLICE DU CONFINEMENT 

"Nous ne souffrons pas des faits mais des représentations que nous avons des faits" 

Epicète
Le confinement: prison mentale

Prison mentale héritée

Le confinement, voilà un terme que le monde entier a découvert ou redécouvert suite à l'appartion du Coronavirus.
Nous avons été obligé de rester cloitrer chez nous pendant de longues semaines.
Cela a marqué une bonne partie de la population.
En effet, nombre de gens ont découvert les limites de leur vie et de leur univers personnel.

Personne d'autre à cotoyer, privé de libertés, rien vraiment pour se vider l'esprit à part Internet et ses réseaux sociaux.
Réseaux consommés à outrance, plus que de coutume pour le plus grand plaisir de ceux qui sont dans le back office de ces mêmes réseaux afin d'étudier le comportement des foules.

Je sais, cette vision est très certainement "parti pris" mais pourtant...
Beaucoup se laissent observer à l'insu de leur plein gré...

Le confinement a été dur pour certain(e)s.
J'ai beaucoup de personnes qui m'ont avoué vouloir revenir travailler rapidement.
La cause n'étant pas un manque d'argent mais qu'ils ne se retrouvaient face à eux même après avoir nettoyé, rangé, bref fait ce qu'ils n'ont jamais le temps de faire.

Leur vie est elle tellement faite de contraintes que lorsqu'on les laisse chez eux, ils ne savent pas, ne savent plus et ne veulent surtout pas se rencontrer eux même.

Pourtant, finalement la plupart des gens vivent confinés depuis longtemps et pour encore longtemps.
En effet, beaucoup passent le plus clair de leur vie confinés dans leur mental.
Et pourtant, s'il y a bien un endroit où personne ne peut nous imposer quoi que ce soit, c'est bien dans cet espace.

Le mental: gardien et bourreau 

Alors pourquoi le restreindre en permanence ?
Cela nous est légué à notre naissance comme une sorte d'héritage dont on peut que difficilement se défaire.
Difficilement car tout ceci est inconscient.

Cette implantation se crée très tôt pour la plupart d'entre nous de par nos parents et l'univers qui nous entoure.
Tellement bien que nous prenons tout cela pour une sorte de normalité qui finit pas être un programme en arrière plan dont on n'arrive plus à se débarrasser lorsqu'on s'en aperçoit.
Faut il déjà s'en apercevoir...

Se joue alors quelque chose de très pernicieux car dans un sens tout ce confinement mental nous rassure en apparence et nous permet de nous raccrocher à quelque chose lorsque nous perdons pied.
Mais pourtant, au plus profond de nous, lorsque notre vie est à l'aube de tirer sa révérence, on ressent bien que quelque chose n'était pas vraiment en harmonie dans tout ce qu'on a vécu.
On a comme l'impression d'être passé à côté de quelque chose. Mais quoi ?
Peut être à côté de la liberté...

Etymologiquement, le mot liberté vient du Latin Liber et signifie: "ne pas subir de contraintes, de soumissions..."
A cela on y a adjoint le fait de ne pas subir de ... autres que celles de la loi.
Alors déjà:  la loi, une contrainte, bien sûr, nécessaire pour pouvoir vivre dans notre modèle sociétal.
Mais où en est on de cette fameuse liberté ?

Vous considérez vous comme libres ?
Pouvez vous réaliser tous vos rêves en ne vous soumettant pas à d'autres contraintes que celles de la loi ?
Prenez le temps qu'il vous faudra pour lister l'ensemble de vos contraintes. 
N'ayez pas peur d'y mettre tout ce qui vous pose problème.
Si rien ne vous pose de problème, je vous invite à rentrer en contact avec moi afin que nous fassions un point ensemble car je suis de nature curieuse.

Votre liste de contraintes n'a d'égal que la réalité du confinement de votre mental.
Vous avez réussi à enfermer votre vie dans une somme de contraintes.
Vous n'avez pas eu le choix ?
Faux

Vous êtes rentrés bon gré, mal gré dans le jeu de la vie en société.
Mais nous n'avez peut être pas pris le temps d'observer les règles de ce jeu. 
A tout jeu, il exise un principe.

Le jeu de la société humaine est une bien pâle copie du jeu de la vie.
Le jeu de la vie peut donner abondamment à qui sait le voir et s'y intégrer.
Bien plus que ce que la société ne pourra jamais offrir.
Mais pour vous que représente le jeu de la vie ?
Etes vous sûr(e)s que vous n'êtes vous pas en train de le confondre avec celui de la société ?

Révolution d'idées ou idéal de révolution

Revenons à notre confinement mental.
Celui ci, bien que très subtil, crée nos propres limites.
Il cloisonne hermétiquement notre pensée, l'oriente afin qu'elle ne ségare pas trop en dehors des sentiers battus.
Pourtant, nous le savons toutes et tous, c'est bien lorsque nos pensées sont sorties des sentiers battus que nous avons fait de grandes avancées et découvertes.

Toutes les révolutions, quelles qu'elles soient, ont démarré à partir d'idées.
Celles ci ont d'abord paru ridicules et ont été à la risée des masses.
Puis elles sont devenues dangereuses et ont subi pressions car elles menaçaient l'ordre établi.
Puis elles ont fini par être adoptées par la plus grande majorité pour le bonheur de toutes et tous.
Bien sûr, il y a toujours des restes de vieux schémas réfractaires qui persistent au fil du temps.

Quelque part, c'est dans notre nature profonde de bousculer les apparences quand celles ci ne cadrent pas avec nos schémas internes. Mais souvent, pour la plupart d'entre nous, nous attendons de nous conformer à la majorité. Le fameux effet de masses.
Celui là même qui nous enferme dans nos croyances.

Le biais de représentativité

Notre cerveau possède une faiblesse particulière qui est le biais de représentativité.
C'est un effet psychologique très puissant qui nous trompe plus souvent que nous le voudrions.
Nous arrageons la réalité à notre sauce afin qu'elle cadre avec notre conception du monde.

Mais cette conception, d'où vient elle ?
Ne vient elle pas des personnes qui nous entourent ?
Ces personnes ne sont elles pas elles mêmes enfermées dans leur biais de représentativité ?

C'est fort probable.
Vous avez ici un exemple des limites qui vous sont imposées de façons automatiques et involontaires en quelques sortes.

Nous établissons en permanence des liens, schémas, des stéréotypes le plus souvent là où il n'y en a pas.
Nous ne prenons pas le temps de nous pencher sur nos propres avis voir de les remettre en question.
Il nous est bien plus important et facile de faire tout rentrer dans notre cadre mental.
Quitte à limiter nos perceptions à ce qui nous convient uniquement.

Notre cerveau crée en permanence un cadre d'attente et vérifie ensuite si les faits collent à nos attentes.
Nos neurones sont à l'image des spectateurs qui assistaient aux combats de gladiateurs dans les arènes et qui passaient leur temps à applaudir ou huer les combattants selon le déroulement du combat.
Un match de foot en fait...

Ensemble nos neurones générent un champ électrique qui peut se mesurer.
Et lorsque nos neurones s'apprêtent à huer si le schéma ne correspond pas à nos attentes, il délivrent un signal négatif en 400 millisecondes.
Et croyez moi cela se ressent au delà de se voir sur un electro encéphalogramme.

Nous passons notre temps à créer des schémas mentaux sous forme de tiroirs à l'image de poupées russes où chaque tiroir se range dans un tiroir plus grand.
Cela nous est pratique car ça nous permet d'activer le mode pilotage automatique dans un environnement connu.
Et c'est bien ici qu'on rencontre une barrière de confinement.
En effet, lorsque nous nous balladons dans un environnement connu, tout va bien mais lorsque ce n'est pas le cas, on rentre dans un mode d'alerte permanente.

Deux solutions se présentent alors en quelque sorte: soit on pousse les murs pour faire rentrer les nouvelles données et adapter tous nos tiroirs, soit on rejette tout en bloc.
Et je vous laisse deviner ce que la majorité des gens font en permanence.

Vous l'aurez compris, nous rejetons en bloc au risque de se laisser tromper.
Dommage, car il arrive que nous passions à côté de choses qui valent bien le fait de créer de la place et d'arranger nos tiroirs.
Le fameux effet de toute révolution qui passe en premier lieu pour ridicule...

Pour ce qui nous concerne, je vous invite à faire un peu de rangement dans vos tiroirs et à venir expérimenter le programme XPEREPX pour élargir vos horizons et finalement vous rendre compte que certaines révolutions internes valent bien la peine de vider certains tiroirs pour y entreposer quelque chose de bien plus excitant.